Domaine de Cadablès, Chemin du Pétrole, 34320 Gabian   Tél : +33(0)4.67.24.76.07   Mobile : 06.66.99.67.78   email : cadables@free.fr

  • Wix Facebook page
  • 43A_Blog_Icon.jpg

HISTOIRE

   C'est l'histoire d'un coup de cœur, l'aboutissement d'un rêve : faire du vin dans un lieu unique. En rachetant en 2004 le Domaine de Cadablès, laissé alors dans un quasi abandon, le défi était de taille : redonner à l'endroit, au terroir, une nouvelle vie et y produire des vins de qualité en adéquation avec l'environnement exceptionnel du lieu, un bâti traditionnel languedocien ceint de 27 ha de landes, bois et terres, dont 6 hectares de vieilles vignes.

   La première pierre a été posée ici aux alentours du XVIème siècle. À cette époque, le domaine est certainement voué à l'élevage de brebis. Puis, au fil du temps, le bâti fut construit en fonction de l'évolution des besoins. C'est ainsi que, bien plus tard, la vigne et l'olivier sont devenus prépondérants sur les pentes du volcan de Cadablès. Nous avons retrouvé des vestiges (cuve à huile, tuyau en terre, support de foudre en Pouzzolanes...) dans l'actuelle cave de vinification.

   Les vignes actuelles ont été plantées dans les années soixante pour produire du raisin vendu à la cave coopérative. Depuis 2008, nous vinifions le raisin in situ. La cave, que nous avons réhabilitée et équipée de matériel correspondant aux exigences contemporaines, nous permet désormais de proposer une gamme originale de vins caractérisée par son équilibre, sa complexité, sa fraîcheur.

 

Philosophie de culture

 

 

   Après 10 ans d'expériences, d'aventures parfois couteuses, on finit par approcher ce que l'on souhaite, par entrevoir ce que l'on veut et savoir surtout ce que l'on ne veut pas.

 

   Au fil du temps s'ancre la philosophie de culture et cela devient une évidence. A toujours vouloir suivre les « chemins à l'envers » pour concrétiser nos rêves les plus fous.

 

   C'est la douceur : maître mot de la culture. Ne pas choquer. Beaucoup de travail manuel.

 

   C'est le respect : avant tout, de l'environnement, du terroir, des gens qui le travaillent, de la bio-diversité si précieuse, de l'eau des collines, du sol, de l'air.

 

   C'est l'observation : se pencher, regarder, sentir, humer, échanger, vivre vigne en quelque sorte.

 

   C'est le travail : du sol, du cep, des sarments, des feuilles, des bois et des landes alentours.

 

   C'est la nature : dans toute sa complexité que l'on essaie de comprendre, d'anticiper, de réguler, de respecter, en dehors de toute chapelle, en ne s'autorisant aucune chimie pour les traitements.

 

   C'est l'alchimie : qui naît de l'engagement pour le domaine, petite parcelle de Terre dont nous sommes responsables, qui nous donne le vin auquel nous sommes tant attachés car on le sait vivant. Et cela n'est pas un hasard.